logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/03/2008

there will be blood

Exploitation, c'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit après avoir vu ce film. Exploitation des ressources naturelles, exploitation des ressources humaines, exploitation des croyances humaines. Les deux personnages qui s'affrontent, avec un coeur sec, n'ont qu'un but: réussir, réussir à devenir très riche aux dépens de pauvres gens qui espèrent une manne céleste, mais ces antagonistes oublient une richesse essentielle à toute vie réussie, l'amour des autres.

L'amour de son fils pour le pétrolier, l'amour de ses fidèles pour le faux dévôt.

En dehors d'une description intéressante, dans les années 1910/1920, d'une aventure humaine pénible à la recherche d'un or noir, synonyme de richesse, ce film est lent et se perd en plein milieu en considérations mystiques qui m'ont irrité. Ce type d'emprise de la foi sur les gens simples ressortent de plus en plus dans les films américains, il survient dans les scripts US comme une solution trop facile pour expliquer les dérives de tout être humain vil.

Si j'ai apprécié les premières minutes sans dialogue, laissant la force de l'image évoquer tous les ressentiments des personnages, la lenteur et le manque réel de scénario abouti m'ont chagriné et un peu ennuyé, même si Day Lewis et ELI et Paul ont été remarquables tout le long du film.

17:15 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

31/01/2008

La guerre selon Charlie Wilson

Résumé : Au début des années 80, Charlie Wilson est un député connu pour ses frasques. Il enchaîne les conquêtes de soirée en soirée, sans jamais abandonner son verre. Mais ces plaisirs ne l’empêchent pas d’être sensible aux affaires internationales. Au milieu du conflit afghan, épisode clé de la guerre froide, il décide d’aider les Moudjahiddins, jusque-là quasiment laissés à eux-mêmes contre les Soviétiques. Dans cette guerre de salon où il faut nouer des alliances improbables, il peut compter sur un agent de la CIA placardisé, Gust Avrakotos, et une riche mondaine, Joanne Herring, qui le soutiennent pour les négociations, à leur façon.

Ce film est basé sur des faits réels et malgré leur sérieux, l'affaire est traitée par Mike Nichols comme une comédie enlevée, avec des passages d'une drôlerie subtile, si les scènes montrées (notamment les contacts entre Israéliens et membres des pays arabes) ont été réelles. Le personnage le plus truculent du lot est celui que joue Philip Seymour Hoffman. Un petit film, même s'il démarre lentement avant de trouver son rythme, qui vous donne un plaisir jubilatoire.

08:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique